***

Saint Roch,

Vous avez soigné avec tant de générosité,
de charité, les malades atteints de la peste.
Dieu vous a accordé plusieurs fois de guérir
par le signe de la Croix,
des malades considérés comme perdus.

Avec grande confiance, nous nous adressons
à vous et nous vous supplions :
Intercédez auprès du Seigneur,
Pour nous obtenir amélioration, guérison,
Si Dieu le permet, dans les maladies graves.

Préservez-nous des épidémies,
Secourez-nous dans les maladies du corps,
Mais aussi de l’âme.
Avec grande confiance, nous vous prions
De nous protéger de la foudre dans les orages de nos vies !

Saint Roch, priez pour nous !

Notre Père... Je vous salue Marie...

Agenda

Accédez ci-dessous directement au planning des messes en cliquant sur le vitrail:

IMG_3316_edited_edited.jpg

Organiser ou prévoir ?

Récemment un petit neveu me disait que ses parents allaient faire des économies.  Son cahier de 96 pages qu’il avait pour cette année n’est utilisé qu’à un tiers. Pour la rentrée prochaine, il devrait être suffisant puisqu’on lui demanderait un cahier de 48 pages. C’est vrai que le cahier de nos vies de 96 pages comporte un certain nombre de pages blanches avec le confinement.  Nous avons été conduits à vivre autrement. Certes, nous n’avons pas fait des lignes d’écriture ou posé des additions. Nous n’avons pas pu apprendre à le remplir, mais nous découvrons l’importance de la page blanche.

 

Nous sommes souvent conduits à prévoir des vacances, des travaux, des rencontres sinon ils ne se font pas. Notre vie est ainsi balisée d’anniversaires, de commémorations, de mariages, de baptêmes… Pendant plusieurs semaines, j’ai ainsi répondu à des demandes pour connaître la date possible d’un baptême, d’une communion, d’un mariage… Il ne faut pas négliger l’importance de pouvoir rassembler du monde, surtout lorsque les déplacements sont difficiles. Avec l’avion, une personne à l’autre bout du monde pouvait être là en quelques heures alors qu’il y a un demi-siècle, certains missionnaires ne revenaient au pays que tous les 5 ou 7 ans, après un très long voyage.

 

Alors la page blanche est celle du sacrement que nous ne devons pas oublier, d’une rencontre avec Dieu qui  s’impose. Inutile de noircir la page de pensées et des mots de prières interminables. Le champ du possible est ouvert.

 

Depuis mon arrivée sur ce secteur paroissial, nous sommes plus souvent conduits à organiser qu’à prévoir. En effet, les modalités changent. En 2016, cinq prêtres intervenaient sur le secteur. Actuellement, nous sommes encore trois prêtres. Et autant dire que ne compter que sur les prêtres serait un suicide ecclésial. Heureusement que tant de baptisés prennent au sérieux leur engagement baptismal. Prévoir, voir de près, ce qui nous entoure pour construire l’avenir, cela est plus difficile. En cette année 2020, le sens de l’organisation a été nécessaire pour permettre de vivre des temps forts de la foi.

 

L’idéal est, par une bonne organisation, de libérer du temps mais surtout l’esprit pour autre chose. Une bonne organisation permet de nous concentrer sur la prière, le chant et puis accepter d’être à ce que l’on fait, de nous mettre à l’écoute de la parole de Dieu. Adoptons l’attitude du peintre  Georges Braque dans notre vie de foi lorsqu’il disait : « J’ai le souci de me mettre à l’unisson de la nature bien plus que de la copier. »

Prévoir, c’est souvent abandonner ou reporter. Pourtant s’abstenir d’événements prévus, peut nous conduire à ne jamais nous rencontrer. La spontanéité gratuite a ses limites. En fait, c’est un peu le défi : prévoir pour organiser ou organiser pour prévoir. Dans les prochaines semaines, nous veillerons ainsi à prévoir différentes choses. Tout est une affaire d’organisation !

 Thierry Min curé

***

 

Tous nos rendez-vous dans nos églises demandent le respect de ces règles :

  • respecter les gestes barrières;

  • me tenir à plus d’un mètre d’une autre personne;

  • désinfecter mes mains à l’entrée de l’église et au moment opportun;

  • porter un masque si j’ai plus de 11 ans et je peux l’enlever momentanément quand un rite l’exige;

  • m’asseoir sur une des places balisées pour l’assemblée réduite (numerus clausus);

  • appliquer exclusivement les gestes liturgiques adaptés (pas de poignée de mains pour le geste de paix; communion exclusivement dans la main...);

  • J’ai pris parfaite connaissance de la liste des personnes dites «vulnérables», c'est-à-dire «à risque de développer une forme grave d'infection au Covid 19» définie par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) en date du 20 avril 2020 (voir l'avertissement).

***

ccfd terre solidaire 2019.png