L'Esprit de Pentecôte

La fête de l’Ascension n’est pas fêtée partout dans la chrétienté un jeudi… elle est aussi célébrée un dimanche. Et huit jours plus tard, nous célébrons alors la Pentecôte, le don de l'Esprit de Dieu aux personnes qui  l'accueillent.

Dans le livre des Actes des Apôtres, j'aime à souligner ce don de la langue maternelle qui est fait : en effet, tous peuvent comprendre ce que cet illettré de Pierre exprime dans ce discours au souffle novateur.

En effet, il les rejoint dans ce qui est inscrit au fond du coeur. Parfois, certaines personnes âgées, originaires d'un autre pays s'expriment de plus en plus dans cette langue maternelle, celle des premiers pas dans la vie. Elles sont revenues à la source. 

Dans la lignée du concile Vatican II, il était affirmé dans l'élan missionnaire à soutenir dans les pays francophones, qu'au lieu de dresser des plans sur la comète, il était urgent de désensabler des sources. Tous, vous avez eu l'occasion d'entendre les travaux d'Hercule menés pour désensabler la baie du Mont Saint Michel. J'ai eu l'occasion de "parcourir la différence" car il n'est plus possible de se stationner au pied du Mont et il y a donc cette marche à accomplir sur une longue passerelle. C'est peut-être cela l'Eglise d'aujourd'hui. 

Tout d'abord, si nous pouvions aller à la source. Le concile Vatican II comme l'expérience de la prière à domicile actuellement, nous invitent à l'assiduité dans la prière. Il y a quelques mois, une personne éprouvée par un deuil me confiait connaître peu de prières... J'ai eu l'occasion de lui proposer une Bible et puis de lire le livre des Psaumes, ces cris des hommes vers un appel de Dieu adressé à chacun. Il y a quelques semaines, j'ai reçu un courriel de cette personne me partageant un psaume qui lui "parle".

Et j'ai eu l'occasion de le prier avec elle.

Ensuite, si je garde l'image du Mont Saint Michel, ce n'est pas pour faire de l'Eglise un îlot, même si un penseur contemporain affirme que le monde devient un archipel.  Nous avons besoin d'un roc, et nous retrouvons la figure de cet archange cher aux orthodoxes comme aux catholiques qui terrasse le mal. Cependant, le chemin qui conduit à ce mont est une passerelle pour une montée.  L'Eglise est cette passerelle que nous empruntons. Nous sommes souvent à contre courant, mais de cette fragilité, nous pouvons trouver notre force pour croiser ainsi le chemin et la destinée de l'humanité.

Enfin, le Mont Saint Michel est un haut lieu touristique où l'on y parle toutes les langues. Nous avons souvent de la peine à échanger sur ce qui  nous tient à coeur. Nous croisons plus souvent le fer pour tenter de défendre un point de vue que de nous asseoir pour écouter la prière qui monte du coeur. C'était la richesse de l'expérience d'Assise : le pape Jean Paul II avait réuni les représentants des religions, non pas pour prier tous ensemble, mais pour que chacun partage sa prière. Et tous étaient assidus ainsi à la prière dans sa langue maternelle. Je vous partage cette petite vidéo car elle exprime bien la Pentecôte : nous parlons peut-être tous la même langue, avec des mots maternels, mais la discordance surgit de nos voix. Certes, pour cet homme, il s'agit d'un don et également de la qualité de l'ingénieur du son, mais il nous redit l'importance de l'harmonie si nous utilisons le même diapason évangélique.

Certains d'entre nous vont pouvoir se retrouver dans une église pour la messe de la Pentecôte, 300 places sur les 5 messes de ce week-end.

Le port du masque est obligatoire dès l'âge de 11 ans, pour tous, à l'église. Des places sont balisées. Nous devrons être disciplinés. Je n'ai pas voulu fixer de la bande Ferrari partout et mettre des interdictions de stationner ou des sens interdits... Nous voulons nous réunir pour prier et célébrer.  

Avec un masque, le chant est plus difficile. Merci aux choristes habituels de chanter de bon coeur le seul cantique autorisé lors de la messe.

Et puis, nous avons à nous retrousser tous les manches pour veiller à la propreté sanitaire de nos églises.

Depuis plusieurs mois, j'ai été affecté en rencontrant des familles endeuillées. Cette semaine, avec l'abbé Samuel, et avec quelques uns d'entre vous, nous avons pu déjà célébrer deux fois dans des églises. Cependant, je constate que nous ne pouvons accueillir que 40 personnes d'une même famille dans une église. La famille endeuillée sera contrainte de dresser une liste des personnes autorisées à entrer et à s'asseoir à l'église. Elles s'installeront dès que possible, en se désinfectant les mains et en portant un masque. La famille installée, les pompes funèbres entreront avec le cercueil du défunt. 

S'il reste quelques places en fonction de la capacité de l'église, quelques personnes seront admises en plus de la famille.

Les personnes qui ne pourront pas venir s'asseoir, ne seront pas admises à venir "bénir" car l'utilisation de l'eau bénite est interdite et nous ne respecterions plus le nombre de personnes dans l'église. Et puis, les gestes barrières nous demandent une nouvelle façon de présenter nos condoléances.

Ce respect de cette démarche et en refusant les exceptions, nous permettra, je l'espère, de lutter contre la propagation du virus, mais surtout de pouvoir offrir aux familles endeuillées le soutien de notre prière et de partager notre espérance chrétienne.

Il en sera de même pour les prochaines célébrations : un nombre limité de personnes pour les baptêmes, les communions, les mariages que nous allons essayer de reprendre progressivement en fonction des autorisations et des consignes gouvernementales.

Que l'Esprit de Pentecôte nous donne de mieux vivre l'imprévisible.

Thierry MIN curé

Le pape François nous invite à prier pendant ce mois de mai avec les mots (en latin) que l'on trouve sur la fresque de l'église de Boulange (!) :

« Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions,

Sainte Mère de Dieu.

Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l'épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours,

Vierge glorieuse et bénie. »

Prions ensemble !

Saint Roch,
Vous avez soigné avec tant de générosité,
de charité, les malades atteints de la peste.
Dieu vous a accordé plusieurs fois de guérir
par le signe de la Croix,
des malades considérés comme perdus.

Avec grande confiance, nous nous adressons
à vous et nous vous supplions :
Intercédez auprès du Seigneur,
Pour nous obtenir amélioration, guérison,
Si Dieu le permet, dans les maladies graves.

Préservez-nous des épidémies,
Secourez-nous dans les maladies du corps,
Mais aussi de l’âme.
Avec grande confiance, nous vous prions
De nous protéger de la foudre dans les orages de nos vies !

Saint Roch, priez pour nous !

Notre Père... Je vous salue Marie...

 
 

Agenda

Tous nos rendez-vous dans nos églises vont reprendre progressivement  dans le respect  des règles suivantes :

  • respecter les gestes barrières

  • me tenir à plus d’un mètre d’une autre personne

  • désinfecter mes mains à l’entrée de l’église et au moment opportun

  • porter un masque si j’ai plus de 11 ans et je peux l’enlever momentanément quand un rite l’exige

  • m’asseoir sur une des places balisées pour l’assemblée réduite (numerus clausus)

  • appliquer exclusivement les gestes liturgiques adaptés (pas de poignée de mains pour le geste de paix ; communion exclusivement dans la main….)

  • J’ai pris parfaite connaissance de la liste des personnes dites « vulnérables », c'est-à-dire « à risque de développer une forme grave d'infection au Covid 19»définie par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) en date du 20 avril 2020 (voir l'avertissement)

Les messes reprennent en suivant le planning distribué en septembre 2019 jusqu'à la fin juin 2020. Reportez-vous à messes info.

Une messe supplémentaire est ajoutée au planning le samedi 13 juin à 18h à Volmerange-les-Mines.

 

Ci-dessous, vous trouverez l'avertissement à connaitre avant de vouloir participer à une célébration publique à l'église.

Dimanche 14 juin, à 10h30, à Angevillers, messe d'unité (sous réserve) au cours de laquelle nous exprimerons notre reconnaissance à Mireille Caruso, animatrice laïque en pastorale pour ces années à votre service sur nos paroisses. Elle prend sa retraite. Vous pouvez dès à présent adresser un don au presbytère d'Aumetz (en précisant pour le départ de Mireille) et nous lui donnerons ainsi ce qui a été collecté.

Pour permettre aux enfants de pouvoir faire leur première communion avant le 1er octobre 2020 de façon individuelle, vous trouverez le détail de notre proposition ci-dessous.

 

Une catéchèse est proposée pour permettre de se préparer à la première communion par internet. Si vous n'avez pas reçu les documents, contacter au plus vite l'animateur du groupe de votre enfant. Vous trouvez des fiches à télécharger sur la page dédiée à la première communion.

Pèlerinage d'archiprêtré à la cathédrale de Metz

Dans le cadre du jubilé des 800 ans de la cathédrale de Metz, l'archiprêtré organise un pèlerinage le samedi 18 juillet 2020. Les inscriptions sont à suivre.

ccfd terre solidaire 2019.png